Tour Chappe N° 176 Bourbriac - Coatforme ( TC22BO )

Mis à jour le 14-01-2015
Télégraphe Chappe
 
Type : Tour pyramidale
Utilisation : Entre 1798 et 1853
Ligne : Paris - Brest ( Poste N° 56 )
Tour précédente : Lanrodec
Atlas de Kermabon
Suivante : 11 800 m
Hauteur : 282 m
Mécanisme : 0,45 m

La position :

La position indiquée est celle de la ville de Bourbriac, pas de la tour.

Cartographie :

Vue satélite de la tour Chappe de Bourbriac - Coatforme Carte routière de la tour Chappe de Bourbriac - Coatforme

Livres à consulter :

N° 478 La télégraphie aérienne de « A à Z»

Commune du département des Côtes-du-Nord, ligne Paris-Brest. La station est dénommée Coatforme par Kermabon. Le poste (56*) était situé au lieu-dit "Coat-Forn", endroit actuellement envahi pas les taillis, à l'altitude de 282 m.

Texte concernant ce poste relevé dans "Pays d'Argoat n°12" auteur illisible : "Le 8 février 1800, à une heure du matin, la garnison de Guingamp fait sortir une colonne afin de s'opposer à la destruction du télégraphe de Bourbriac par les Chouans. Si l'on en croit l'abbé Loyer, deux petits postes ont été institués en l'an VII (1798/1799) sur la commune, forts de six hommes chacun, l'un au presbytère, dans la salle à manger, et l'autre dans la maison de Marie Rannou, veuve Le Moal à Koat Forn.

Après l'affaire du 8 février la garde est renforcée avec patrouille nocturne, défense de se faire remplacer et rapport quotidien." En 1803, un coup de vent a renversé le télégraphe de Coat-Forn. Ses correspondants : Lanrodec et Plougonver.

Archives FNARH (Sources : M. Perrin - C. Veillot).

N° 478 La télégraphie aérienne de « A à Z»

Voir Bourbriac.

N° 2342 Pays d'Argoat N° 12

Le 8 février 1800, à une heure du matin, la garnison de Guingamp fait sortir une colonne afin de s'opposer à la destruction du télégraphe de Bourbriac par les Chouans. Si l'on en croit l'abbé Loyer, deux petits postes ont été institués en l'an VII (1798/1799) sur la commune, forts de six hommes chacun, l'un au presbytère, dans la salle à manger, et l'autre dans la maison de Marie Rannou, veuve Le Moal à Koat Forn.

Après l'affaire du 8 février la garde est renforcée avec patrouille nocturne, défense de se faire remplacer et rapport quotidien.

N° 4082 Les Cahiers de la FNARH N° 82 : Octobre-novembre-décembre 2001

Archives FNARH :

M. Perrin - C. Veillot