Tour Chappe N° 219 Egreffin ( TC61EG )

Mis à jour le 11-10-2016
Télégraphe Chappe

La position :

La position indiquée est celle de la ville d'Egreffin, pas de la tour.

Cartographie :

Vue satélite de la tour Chappe de Egreffin Carte routière de la tour Chappe de Egreffin

Livres à consulter :

N° 478 La télégraphie aérienne de « A à Z»

Dénomination de la colline sur laquelle était située la station (22*) de la ligne Paris-Brest. Ce lieu appartenant aux communes de Saint-Pierre-la-Rivière (3 kilomètres), Chambois (4 kilomètres) et Mont-Ormel (2,7 kilomètres).

Le poste était situé entre ces trois communes à une altitude de 262 mètres. Il correspondait avec Grand Val distant de 6 kilomètres et Tournai-sur-Dive à environ 6,6 kilomètres.

Il ne subsiste aucun vestige.

Ci-contre, copie du relevé du capitaine Conteaux, ingénieur géodésien -1834 - I.G.N. (L. Barbay - E. Vimont : Les télégraphes aériens).

Archives FNARH (Source : Y. Lecouturier, 1988).

N° 478 La télégraphie aérienne de « A à Z»

Département de l'Orne, ligne Paris-Brest. Voir Saint-Pierre-la-Rivière, station dénommée "Egreffin" (l'Aigrefin)".

N° 478 La télégraphie aérienne de « A à Z»

Commune du département de l'Orne, station (22*) de la ligne Paris-Brest (plan ci-contre), dénommée "Egreffin (l'Aigrefin) (Mont Ormel)".

N° 2345 Bulletin de la Société Historique et Archéologique de l'Orne

Ce poste était situé sur la butte de ce nom à 262 mètres d'altitude, au faîte des collines qui séparent les bassins de la Dives et de la Vie. Ce télégraphe, dont il ne reste que des débris informes, était à 3 kilomètres de Saint-Pierre, à 5 kilomètres de Chambois et à 6 kilomètres de Grandval.

Il ne possèdait pas d'enceinte extérieure et ne pouvait offrir qu'un abri passager.

N° 2330 Les télégraphes aériens

Le cinquième poste était situé sur la butte de l'Egreffin, à 262 mètres d'altitude, au faîte des collines qui séparent la Dives et la Vie. L'Egreffin appartient à Montormel, à Chambois et à Saint-Pierre-la-Rivière. Le télégraphe, dont il ne reste que des débris informes, était à 3 kilomètres de Saint-Pierre, à 5 kilomètres de Chambois et à six kilomètres de Grandval. Il n'avait point d'enceinte de murs extérieurs pour assurer la défense de ceux qui le faisaient mouvoir et ne pouvait offrir qu'un abri passager, au rez-de-chaussé.

N° 477 La télégraphie Chappe
Ci-contre, copie du relevé du capitaine Conteaux, ingénieur géodésien -1834 - I.G.N

Archives FNARH :

Y. Lecouturier, 1988